Une baisse significative des taux de crédit immobilier est une véritable opportunité pour les acheteurs – que ce soit pour un achat ou pour la renégociation de leur emprunt auprès de leur banque.

Pourquoi renégocier son prêt immobilier ?

Depuis le début de l’année 2016, la baisse observée des taux d’intérêt s’est stabilisée autour de 0,8 %, en moyenne. Un taux propice à la renégociation, voire au rachat de ses crédits pour permettre :

  • La réduction du montant de ses mensualités
  • La réduction de sa durée de remboursement

À noter la distinction entre renégocier son emprunt immo et le faire racheter : le premier cas impliquant le paiement des frais de dossier, alors que le second suppose aussi celui des indemnités de remboursement anticipé et des frais relatifs à la nouvelle garantie, faite dans une autre banque.

Les taux d’intérêt actuels sont tels que les prêts contractés, ces dernières années, voire au début de l’année 2016, peuvent déjà faire l’objet d’une renégociation intéressante. À titre d’exemple, un emprunt de 200 000 € souscrit au mois d’août 2015, avec un TAEG de 2,7 % sur 20 ans, aujourd’hui renégocié, peut permettre une économie nette de plus de 18 000 €, sur la base d’un rachat de crédit à 1,65 % aujourd’hui.

Quelles conditions faut-il réunir ?

Entre les pénalités de remboursement anticipé, les frais de garantie du nouveau prêt et les éventuels frais de dossier, il faut impérativement réunir un certain nombre de conditions, pour pouvoir revoir votre crédit immo :

  • Ne pas vendre son bien immobilier rapidement après le rachat de l’emprunt, pour avoir le temps d’amortir les frais de remboursement anticipé, l’équivalent de 6 mois d’intérêt plafonnés à 3 % du capital restant dû. Comme le démontre très bien le simulateur du site Immofinances.
  • Compter au moins 1 point de différence entre le TAEG (Taux Annuel Effectif Global) d’origine et le taux actuel.
  • Avoir au moins 50 000 € voire 70 000 € pour certains experts de capital restant dû.
  • Avoir une durée de remboursement supérieure à la durée écoulée, pour amortir les frais de rachat du prêt.

Si vous remplissez toutes ces conditions, renégocier son crédit pourrait s’avérer pertinent. L’idée étant de bien recalculer les gains estimés, en intégrant les différents coûts incompressibles liés à cette démarche.

Pourquoi faire appel à un courtier pour la renégociation de votre emprunt ?

le bon moment pour renégocier son créditÀ l’heure actuelle, les Français parviennent à obtenir un TEG (tx effectif global) moyen de 1,2 % sur 10 ans, jusqu’à moins de 2 % sur 25 ans. Mais, avec le concours de courtiers, il est possible d’obtenir des taux encore plus intéressants sur certains profils clés : jusqu’à 0,8 % sur 10 ans ou à peine plus de 1 % sur 20 ans. Une approche d’autant plus intéressante, lorsque le courtier est gratuit

Alors, si votre première démarche consiste à contacter votre banquier, pour connaître ses conditions de réaménagement de votre prêt, il peut être intéressant de faire jouer la concurrence, en mandatant un courtier, pour mener ce challenge au mieux. En effet, ces professionnels connaissent parfaitement cet univers, jouant habilement sur la politique commerciale de chaque banque, pour être en mesure de vous décrocher le taux le plus bas.